vendredi 28 juillet 2017

Léon Daudet - Deux idoles sanguinaires La Révolution et son fils Bonaparte



"Ce que 1789 nous a incontestablement apporté, c'est l'aveuglement politique, l'erreur qui se paie le plus cher. Le romantisme est venu renforcer, sur ce point, la légende révolutionnaire, avec Hugo et Lamartine.

 Seuls des trois grands du XIX° siècle, Baudelaire, vu son puissant esprit critique, a échappé à la contagion, sauf un moment, en 1848. Mais toute la tournure de son esprit, dans tous les domaines, était par la suite, carrément réactionnaire.

Ce qui reste de la Révolution de 1789, tant célébrée, tant vantée, en prose et en vers, c'est un charnier, c'est un spectacle d'épouvante et de bêtise dont l'humanité offre peu d'exemples et dont je n'ai pu tracer qu'un tableau réduit.


 Bonaparte est le fils de la Révolution, et l'idolâtrie qui s'attacha à sa personne prit la suite de celle qui s'attacha à la Révolution. Pour lui comme pour elle, les historiens et apologistes n'ont pas voulu voir la vérité à la simple lumière du bon sens. Ils disait d'eux, car le jugement de la postérité le préoccupait : "Quand ils voudront être beaux, ils me loueront." Je me résoudrai donc à n'être pas beau, car dans les pages qui vont suivre je ne compte pas le louer."


Cliquer ici






Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...