lundi 18 mars 2013

Quelques remarques à propos d'Hermès-Idrîs - Turba Philosophorum




                                                                Turba Philosophorum




« Le lieu le plus élevé est celui autour duquel tourne la meule du monde des Corps célestes : c'est le Ciel du Soleil, siège (symbolique) de la station spirituelle d'Idrîs – sur lui la Paix ! Sept sphères sont au-dessous et sept sont au-dessus de la sienne, qui est donc la quinzième. Au-dessus se trouvent : le Ciel de Mars, le Ciel de Jupiter, le Ciel de Saturne, le Ciel des Mansions lunaires, le Ciel non-étoilé qui est celui des « Tours » (zodiacales), le Ciel de l'Escabeau et le Ciel du Trône ; au-dessous se trouvent : le Ciel de Vénus, le Ciel de Mercure, le Ciel de la Lune, la sphère de l'Ether, la sphère de l'Air, la sphère de l'Eau et la sphère de la Terre. En tant que Pôle des Cieux, (Idrîs) est exalté par le lieu (où il réside). » (Kitâb fuçûç al-hikam)

 



Article paru dans Le Miroir d'Isis n°18 (2011)





A. A.

« Le monde de la Nature : des formes dans un miroir unique... Non ! Plutôt une forme unique dans des miroirs multiples. »

(Ibn Arabî, Kitâb fuçûç al-hikam, ch. sur Idrîs).

 

 À l'occasion d'une précédente étude1, nous avons été amené à citer l'article de René Guénon intitulé « Hermès » paru dans le Voile d'Isis en 1932 (2). Ce texte participe du véritable « miracle » qui s'opère à ce moment dans la ligne éditoriale de la revue grâce à l'action à distance de celui qui vient alors de rejoindre cette contrée éminemment « hermétique » de Miçr, au pied de la Grande Pyramide dont il est parfois dit, comme lui-même l'a rappelé, qu'elle est le « tombeau d'Hermès »3. Nous n'ignorons pas, naturellement, que Guénon a insisté en permanence dans son oeuvre sur la prééminence de la métaphysique pure, et que par conséquent pour lui l'essentiel n'est pas du domaine de l'hermétisme proprement dit. Dans le cas qui nous occupe, cela signifie entre autres que son rattachement à une tariqa shadilite et à une baraka akbarienne (et cela depuis 1912 au moins) est incomparablement plus important que des coïncidences de lieu dans lesquelles il n'est sans doute pas interdit de voir un signe, mais dont il ne faut pas non plus exagérer la signification, ce qui reviendrait à se placer à un point de vue plus proche du Voile d'Isis ancien style (occultiste) que des Études traditionnelles  encore à venir à l'époque que nous évoquons.



Pour lire la suite, cliquer ici













 
1 « Dante et l'énigme du 515 », Le Miroir d'Isis n° 17. A lire  ici
2 « Hermès », Le Voile d'Isis, 1932, repris dans Formes traditionnelles et cycles cosmiques, p.128-137 (dans la suite, simplement H suivi du numéro de la page dans cette édition).
3 « Le Tombeau d'Hermès », Le Voile d'Isis, 1948, repris dans Formes traditionnelles et cycles cosmiques, p.138-148 (dans la suite, simplement TH).

Voir aussi l'article : " René Guénon - Hermès."





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...